Quelle formule d'assurance pour les colocataires ?

La colocation présente l'avantage de la convivialité et elle permet aussi de réduire les coûts du logement. Mais comment régler la question de l'assurance habitation quand on vit à plusieurs ?

La colocation est une formule particulièrement prisée par les jeunes urbains, en raison du prix plus élevé des loyers en ville. Mais quelle formule d'assurance conseiller aux colocataires pour leur garantir une couverture optimale ?

Chaque colocataire ne doit pas souscrire une assurance

Une assurance habitation couvre l'ensemble d'un bâtiment et non pas une portion de ce bâtiment. Il est donc inutile que chaque colocataire souscrive individuellement la même assurance. L'assurance habitation est certes obligatoire en Wallonie et en Flandre (en pratique elle l'est aussi souvent à Bruxelles), mais c'est le bien qui doit être couvert, pas les occupants.

Les trois options d'assurance habitation quand on vit en colocation

L'assurance habitation commune

Cette formule est souvent privilégiée, car elle est la plus simple à mettre en œuvre : l'un des colocataires souscrit une assurance à son nom et le montant de la prime est divisé en parts égales.

Attention: veillez à avertir l'assurance qu'il s'agit d'une colocation. Par ailleurs, si le preneur d'assurance quitte le logement, quelqu'un d'autre devra souscrire un nouveau contrat.

L'assurance habitation des parents

Cette formule s'applique notamment aux étudiants domiciliés chez leurs parents, mais qui vivent en kot durant la semaine. L'assurance habitation des parents peut également couvrir le kot occupé par leur enfant ou le logement dans lequel il vit en collocation.L'assurance Home Protect d'Immoweb permet ce cas de figure.

Attention: l'assurance habitation des parents ne couvre que leur enfant et pas les autres colocataires. Dans ce cas, tout le monde doit par exemple bénéficier de la même couverture familiale.

La clause d'abandon de recours

Dans ce cas, la couverture des locataires est reprise dans la police du propriétaire. Il reporte alors le surcoût de la prime sur ceux-ci.

Attention: avec cette formule, les biens des colocataires ne sont pas couverts et ils ne bénéficient pas non plus de l'assurance responsabilité civile souvent liée à une assurance habitation.